French Flash Fiction Competition
Home > French > French Flash Fiction Competition>


Tôt ou tard
Environ trente morceaux de papier, quatre crayons cassés, une main droite rouge, un trou dans le mur, un ordinateur brisé, un orteil fracturé, une porte tombée et une conversation avec le docteur plus tard ; Voilà !

Luke Heseltine (K)


Vous êtes perdu en mer. Vous êtes dans un petit bateau en bois avec un grand réservoir d’eau. Le seul aliment que vous avez est le poisson dans la mer. Cependant, le bateau dérive dans une eau infestée de requins. Il y a des nuages d’orage noirs qui font rage au-dessus. Les requins ont faim, il n’y a pas de poisson dans la mer. Ils vous voient, ils vous entourent. Ils frappent votre bateau. Ça casse.

Will Shingles (C)


Je l’ai trouvé au printemps.
Elle avait une aile cassée.
J’ai observé mon oiseau grandir.
J’ai donné mon oiseau du l’eau et des graines.
Et maintenant je la regarde s’envoyer.
Au revoir mon petit oiseau, bonne chance.

Gracie Douglas Miller (Tu)


Quand il avait six ans, il a vu quelque chose d’horrible.
Sa maman est venue le chercher à l’école comme tous les jours, et il a mangé une pomme verte. Ils sont passés devant le moulin a vent comme tous les jours, a quatre heures exactement. Enfin, ils sont arrivés à la maison, elle savait que quelque chose n’allait pas bien. Toutefois, elle déverrouille la porte et son fils a couru à l’intérieur. Soudain, il est revenu en courant vers elle, son visage aussi pale que du papier. Il a dit « papa… »

Iona Cockburn (RB)


Le soleil d’or
Le coucher du soleil est là, l’Arctique n’est plus un endroit de froid, mais un paradis. L’obscurité assombri le paysage blanc. C’est la fin, l’hiver commence, sûrement le noir c’est tout ce qu’il y aura bientôt. Je regarde la beauté du monde, étonné. Les silhouettes d’icebergs commencent à hanter le paysage. Il reste plus longtemps. J’écoute. Rein. Je regarde longuement, le bateau est parti sans moi.
Le soleil se couche, je ferme mes yeux, l’obscurité dans mon esprit m’apporte dans u nouveau monde.

Julian Heap (C)


Il s’est levé lentement, a marché de l’autre côté de la pièce et s’est assis dans le cercueil, tandis que dos observateurs aveugles observaient à travers un miroir.

Caspar Gleave (C)


C’était un jour ordinaire. J’étais en vacances dans le sud de la France à Nice avec mes parents. Mes parents ont décidé d’aller à la piscine bleu chaude, alors j’ai décidé de visiter les magasins. Il y avait beaucoup de magasins à Nice, il y a eu un restaurant et beaucoup de bons vêtements. Puis tout à coup, j’ai vu une baguette massive dernière moi ! Il courrait vers moi et j’avais très peur. Je ne pouvais pas courir. Je dois faire à la baguette. Je cours vers le pain et le mords. Le pain français est le meilleur.

Michael Henson (T)


Je peux le voir. La première lumière dans quinze jours. Il y a quelque chose dans mon dos mais je ne sais pas ce que c’est. En train de partir de mon cocon la chose sur mon dos s’ouvre et je me rends compte que j’ai des ailes. J’ai des ailes ? Pourquoi j’ai des ailes ? Ils s’ouvrent et je suis née encore. Je peux voler, dans le ciel. Les ailes sont petites mais très belles. Elles sont rouges avec un peu de bleu dans le centre et elles sont très fortes. J’adore être un papillon.

Maia Butcher (D)