Interview avec un réfugié
Home > French > Interview avec un réfugié >

Bonjour, je m’appelle Hervé Dupont, je travaille pour France24 et je voudrais faire une petite interview avec vous, ça va ?

Ben ouais allez-y

Bonjour, je m’appelle Emmanuel Kago, j’ai quarante-quatre ans, mon pays d’origine c’est la République Centrafricaine, mais j’habite ici à Marseille depuis une semaine.

Pourquoi avez-vous choisi de quitter la République Centrafricaine alors ?

Euh, mon pays a gagné son indépendance de la France en 1960, mais dès ce moment la situation politique a été très instable. On a eu souvent des coups militaires, et des affrontements violents entre les chrétiens et les musulmans. Donc on n’est pas en sécurité là. Puis il n’y a pas trop d’opportunités de travailler. Il y a des matériels naturels et précieux comme l’or, l’huile, les diamants, et l’uranium mais les boulots sont inaccessibles, mal payés et parfois dangereux.

Comment exactement êtes-vous arrivé en France ?

Je suis allée en Algérie en voiture avec plein d’autres… En fait un de mes potes a rencontré un homme qui avait des bateaux pour traverser la mer Méditerranée. Donc j’ai économisé de l’argent pendant un mois pour le payer et puis je suis venu ici avec trois autres amis. Ce n’était pas une expérience agréable.

Pourquoi ?

J’avais peur la nuit quand il faisait plus froid et les vagues étaient assez grandes. Un petit bébé est devenu très malade pendant le voyage et il a failli mourir je crois.

Est-ce que vous avez une famille ?

Mon père est mort dans la violence de 2013. Ma mère habite dans un petit village avec nous, c’est-à-dire ma femme, mon fils Kingsley (19 ans), ma fille Dia qui a dix ans et mon fils de quatre ans, Zéphirin. Ils ne sont pas venus avec moi, mais j’espère pouvoir leur envoyer de l’argent et peut-être qu’ils vont me suivre dans les prochaines années.

Comment est votre situation actuelle en France ?

Je vais travailler dans le grand port. J’habite un petit appartement dans un immeuble dans la banlieue avec mes copains qui m’ont accompagné et il y a deux autres jeunes hommes dans le même appartement - un marocain et un tunisien je pense. Ils sont assez sympas à mon avis. Ce n’est pas très propre chez nous malheureusement mais je suis content d’avoir un abri et, avec un peu d’espoir, un boulot pour m’acheter de la nourriture par exemple.

Bon, merci beaucoup, vous êtes très gentil. Bonne chance, Emmanuel !

De rien


Alice Day (S)